Le Festival d'été de Québec

Reconnu mondialement, le Festival d’été de Québec (FEQ) colore l’été des Québécois depuis plus de 50 ans. À chaque été en juillet, des milliers de festivaliers envahissent la capitale pour vibrer pendant 11 jours au rythme festif du FEQ. Au fil des ans, le Festival a accueilli les plus grandes têtes d’affiche de la planète sur sa scène principale, la Scène Bell, plus grande scène autoportante en Amérique du Nord. Situé sur le site historique des plaines d’Abraham à Québec, son site peut recevoir jusqu’à 80 000 personnes. Les plus grands noms l’ont foulé, des Rolling Stones aux Foo Fighters, en passant par Lady Gaga, Billy Joel, Stevie Wonder, Bruno Mars, Tiësto, Bon Jovi, Metallica, Iron Maiden, Sting, Peter Gabriel, Neil Young, Charles Aznavour, Rammstein, Elton John, les Black Eyed Peas, Kiss, Lionel Richie, les Backstreet Boys, The Black Keys et de nombreux autres.



En plein cœur du quartier historique de Québec, les scènes secondaires du FEQ reçoivent à la fois des vedettes internationales, des étoiles montantes et des artistes émergents. On y trouve la Scène Loto-Québec au parc de la Francophonie, la Scène Hydro-Québec à Place D’Youville, la Scène Fibe consacrée à la relève à Place de l’Assemblée-Nationale, en plus d’un site entièrement dédié aux enfants à Place de la Famille du lait au parc de l’Esplanade. L’offre en salle se concentre dans la Salle d’Armes du Manège militaire Voltigeurs de Québec qui accueille des spectacles intérieurs depuis 2019.


L'histoire

Le FEQ a connu un parcours des plus fascinants pour devenir la référence qu’il est aujourd’hui. Voici comment il est devenu l’un des plus importants événements musicaux en Amérique du Nord.

En 1968, sept jeunes artistes, Diane Lavoie, Constance Paré, Bernard Pelchat, Louis Ricard, Hélène Savoie, Hélène Trépanier, Michel Viel et un groupe d'hommes d'affaires fondent le Festival d’été de Québec, qui se donne comme principale orientation de présenter des artistes québécois. Musique, danse, théâtre et chanson s’entremêlent. Les fondateurs de l’évènement ne pouvaient certainement pas imaginer que leur projet deviendrait un exemple dans le domaine des festivals culturels extérieurs et offrirait une ouverture extraordinaire du Québec sur le monde.

Pour soutenir le financement de la première édition, un papillon en carton était vendu au coût de 1 $. C’est en 1973 que l’on voit apparaître le premier macaron arborant la nouvelle image du FEQ, la fleur du Festival, une fleur carrée rouge et violette qui demeure le symbole officiel de l’évènement durant 16 ans. Le Festival connaît sa plus longue édition en 1971 avec des festivités d’une durée de 24 jours. En 1977, le spectacle d’ouverture atteint un record avec une foule de 15 000 festivaliers sur la Terrasse Dufferin. Le Festival se limite à 6 jours de festivités en 1979, mais cela n’empêche pas d’obtenir un nombre impressionnant de 350 000 festivaliers.

Dès le début des années 80, le Festival choisit de faire découvrir aux Québécois des artistes d’ailleurs et s'ouvre à l'Afrique, à l'Europe et aux États-Unis. Ces années marquent aussi un virage important avec une première programmation nocturne et un volet consacré aux Arts de la rue. Le macaron du Festival est maintenant offert au prix de 2 $. L’engouement est en effervescence, si bien qu’en 1983, le groupe Corbeau attire une foule si nombreuse que les festivaliers doivent grimper sur les toits des édifices voisins pour assister au spectacle. L’évènement gagne de plus en plus en popularité et dépasse pour la première fois de l’histoire celle du Carnaval d’hiver.

Une douzaine d’années plus tard, à l'occasion de son 25e anniversaire, le Festival offre une programmation forte de centaines de spectacles avec des artistes venus de 22 pays. C’est le début d’une longue histoire d’amour avec les musiques du monde qui, encore aujourd’hui, font danser des milliers de festivaliers. Le Festival est également animé par les artistes d’ici, tel que Jean Leloup qui sème l’hystérie au Pigeonnier en 1989. Le jeune public transgresse les règles et fait tomber les barrières de sécurité pour envahir l’avant-scène. Dans le but de conquérir une clientèle plus jeune qui s’intéresse davantage aux nouveaux festivals de musique rock de plus en plus présents au Québec, la 30e édition, en 1998, inclut des prestations de groupes comme Bran Van 3000 et Moist.

Quelques années plus tard, l’événement commence à accueillir des vedettes internationales. Le public embrasse cette orientation avec enthousiasme et en 2007, pour la première fois de son histoire, le Festival franchit le cap du million de festivaliers. L’année suivante, c’est le 400e anniversaire de la ville de Québec et le Festival emboîte le pas aux festivités. La ville et le Festival, qui accueillent de la visite des quatre coins du monde, n’auront jamais autant rayonné. L’événement atteint un achalandage record, inégalé à ce jour, de 1,7 million de festivaliers.